e-commerce-site-mobile-responsive

Si vous souhaitez développer un commerce en ligne, rien ne sert de courir. Dans ce secteur, créer un site pensé pour mobile est aujourd’hui crucial pour maximiser vos ventes en ligne.

 

Aujourd’hui, plus de 65% des Français accèdent à internet via leur smartphone. Ce chiffre croissant nous incite, à Auverlink, à créer des sites pour mobile avant de les penser pour desktop. Objectif : permettre à nos clients d’être présents là où sont leurs internautes et leurs consommateurs.

Pour cela, nous mettons en place, lors de nos différents projets web, un « mobile-first design ». Cela consiste en la création, en premier lieu, de maquettes pour petits écrans (téléphone mobile) avant passer aux plus grands (tablette puis ordinateur).

En second temps, nous pensons à l’usage qu’en fera l’internaute sur smartphone. Nous déployons ainsi des fonctionnalités propres pour mobile que l’on ne retrouvera pas forcément sur la version desktop.

Nous avons à coeur cet axe de développement car :

Google indexe de plus en plus les sites mobile-first

Google se positionne désormais en faveur de l’expérience utilisateur sur les sites mobiles. Depuis mars 2018, Google a généralisé le déploiement de l’indexation mobile-first « après un an et demi d’expérimentation ». «  Nous continuerons à n’avoir qu’un seul index pour déterminer les résultats de recherche, explique Google. Nous n’avons pas un index mobile-first différent de notre index principal. Historiquement, la version desktop était utilisée pour l’indexation. Désormais, le contenu de la version mobile sera de plus en plus souvent utilisé pour l’indexation ». En clair, la firme de Cupertino nous incite de plus en plus à être mobile-friendly pour être mieux référencé.

Pour les consommateurs, acheter en ligne devient de plus en plus une habitude

Selon la Fevad, la fédération du e-commerce et de la vente à distance, le secteur du e-commerce se porte très bien. En 2017, les Français auraient dépensé près de 81,7 milliards d’euros en ligne, soit un chiffre en hausse de 14% par rapport à l’an dernier. Par ailleurs, sur ces ventes, 21% d’entre elles ont été réalisées sur mobile. Ce qui est loin d’être négligeable.

Côté transaction, la Fevad note que le montant du panier moyen baisse. Le montant moyen de la transaction s’élève à 65,5 euros, soit une somme en baisse de 5% par rapport à 2016. Cela étant, le nombre de transactions augmente. Ce qui compense largement cette légère baisse.

Les secteurs les plus porteurs en e-commerce sont l’habillement et la mode, les produits culturels, les voyages et tout ce qui a trait au tourisme, les jeux, les chaussures, et les produits techniques et électroniques.

Le e-commerce est porteur d’emploi

Les entreprises qui ont su développer leur commerce en ligne ont pu accroître leurs effectif. Parmi les TPE et PME qui ont saisi cette opportunité, 18% d’entre elles ont recruté au moins un salarié en 2017. 24% d’entre elles prévoient le recrutement d’au moins un salarié en 2018. Cela est d’autant plus possible que 65% des sites des TPE et PME sont aujourd’hui rentables ou au moins à l’équilibre.